Une question ? Posez-la à la communauté MMC et répondez aux questions des autres membres Poser une question

Comment faire un paillage ?

Installé au jardin (massif, talus, bordure, jardinière) ou au potager, un paillage possède de nombreux avantages. Des vidéos explicatives vous aideront à choisir un paillis (Pouzzolanes, écorces, copeaux, ardoise, toile…) et l’utiliser efficacement.

Qu’il soit organique (herbe, paille, écorce) ou minéral (pierre de lave, galets, ardoises), un paillis peut être maintenu en place tout au long de l’année afin de protéger les arbres, plantes, fleurs, et dispenser les jardiniers de la corvée du désherbage ou de l’usage de désherbants chimiques et polluants.
Il faut savoir que, contrairement aux paillis minéraux ou synthétiques, les paillis organiques jouent un rôle d’engrais naturel, puisqu’au moment de leur décomposition, ils déversent dans le sol, de nombreux nutriments qui maintiendront la fertilité de la terre à long terme.
À l'exception de certaines variétés de vivaces ou de plantes méditerranéennes, tous les végétaux ont un intérêt à être paillés. Pour cela, il est possible d’utiliser des paillis vendus dans le commerce, ou de recycler certains déchets du jardin pour fabriquer un paillage maison. Les vidéos sélectionnées ci-dessous vous guideront dans le choix d’un paillage en vous présentant différentes utilisations au jardin et au potager. Vous apprendrez également à fabriquer votre propre paillis de récupération.

Les bienfaits d’un paillage 

  • Bloque la pousse des mauvaises herbes en empêchant la lumière du soleil d'atteindre la surface du sol.
  • Protège les plantes du gel en hiver et réduit les variations de température néfastes pour certaines plantes.
  • Limite les arrosages en été en retenant l’humidité du sol.
  • Permet de recycler les déchets du jardin (pelouse, feuilles, déchets de taille…)
  • Fertilise le sol en se décomposant (paillage organique).
  • Réduit le risque de colonisation par les insectes ravageurs, des légumes et fruits du potager.
  • Limite le compactage et l’érosion des sols et dispense des travaux de bêchage.
  • Favorise la développement des micro-organismes présents dans la terre.

Conseils pratiques 

  • Installez vos paillis au printemps ou à l’automne, lorsque le sol est tiède.
  • Ne paillez pas un sol gelé car vous risquez d’augmenter la durée de réchauffement.
  • Éliminez les mauvaises herbes du sol avant d'appliquer le paillis.
  • Laissez un espace de terre dégagée autour des pieds des arbres et des plantes pour éviter la pourriture des troncs en cas d’humidité prolongée.
  • Utilisez de la vermiculite ou des billes d’argile pour pailler les jardinières et bacs à fleurs.
  • Épandez le paillage en couche épaisse sur une hauteur d’au moins 5 cm.
  • Arrosez la terre avant de déposer le paillage au sol si le sol est desséché.
  • Utilisez uniquement des produits issus de l’agriculture biologique pour les paillages naturels (risque de pesticides).

Les différents types de paillage


Dans cette vidéo, Frédéric Meury présente plusieurs techniques de paillage minéral ou organique. Il vous explique à travers différents exemples d’utilisation, les intérêts des produits proposés dans les jardineries.

  • Le Pouzzolane (pierre de lave) : fabriqué à partir de roche volcanique, Il est positionné (couche de 5 cm) de préférence sur une toile géotextile pour faire barrière aux plantes indésirables.
  • L’écorce de pin (aiguille de pin) : ce paillage organique, dont la durée de vie est d’environ 5 ans, est réparti au sol sur une épaisseur d’au minimum 10 cm. Ayant la particularité d’acidifier le sol, son usage est réservé aux plantes de terre de bruyère (azalées, hortensias, rhododendrons...) ou aux sols calcaires.
  • Le mulch de coco  : issu de coques de noix de coco défibrées, broyées et tamisées, il est naturel, biodégradable, et ne modifie pas le pH du sol. Déposé sur une épaisseur de 5 cm, il retient bien l’humidité du sol.
  • La paillette de chanvre : utilisable au jardin (vivaces) comme au potager, ce paillage organique est cultivé sans pesticide ni engrais. Après l’avoir répandu au sol sur une hauteur de 5 cm, il est préférable de l’arroser pour éviter qu’il se disperse car il est particulièrement fin et léger.
  • La branche broyée : à la fois bon marché et efficace, ce paillage, constitué de branchages de taille découpés finement, se décompose rapidement et demande d'être régulièrement renouvelé. Il constitue un bon engrais pour les sols.
  • Les plantes couvre-sol : En formant un tapis dense sur le sol, elles empêchent la formation des mauvaises herbes qui ne disposent plus d’une lumière suffisante pour se développer. Faciles d’entretien et peu exigeantes, elles peuvent être implantées aux pieds des arbres, dans les massifs et les talus en pente

Comment fabriquer soi-même son paillage ?

Comme le montre cette vidéo, il est possible de récupérer les déchets verts du jardin pour confectionner un paillis de récupération à la fois écologique et économique. En plus de protéger les végétaux et limiter la pousse des mauvaises herbes, il fertilise le sol en profondeur en se décomposant au fil des semaines.
Attention toutefois à ne pas déposer aux pieds des plantations, des déchets verts porteurs de maladies, champignons ou parasites (larve d’insectes).

  • Récupérer les herbes de pelouse et les feuilles mortes tombées au sol, les laisser sécher à l’air puis les déposer aux pieds des plants.
  • Passer au broyeur les branchages issus de la taille et le petit bois d'élagage puis répandre les morceaux au sol sur une couche de 5 à 10 cm (technique BRF : Bois-Raméal-Fragmenté).
  • Fabriquer une paille en récoltant les brindilles sèches de graminées, de céréales ou de lin. Elle constitue un excellent paillis pour tous types de végétaux.

Comment fixer une bâche de paillage au potager ?

Cette vidéo proposée par Vilmorin décrit l’installation d’un film de paillage souple sur une parcelle de potager.
Pour le jardinier, plus besoins de bêchage ni de desherbage. Le nombre d’arrosages est également réduit. Les fruits et légumes ne risquent pas de pourrir au contact d’un sol trop humide, et les cultures sont moins exposées aux attaques de parasites et ravageurs.
Fabriqué à partir d'amidon de maïs et 100% biodégradable, il n’est pas nécessaire de le retirer après la récolte.

  1. Calculer la quantité de rouleaux nécessaire en fonction de la surface du potager
  2. Creuser deux sillons le long du film de paillage
  3. Poser le rouleau au sol en maintenant l’extrémité dans la terre
  4. Dérouler le film sur la longueur du potager
  5. Enterrer les bordures au niveau des sillons de terre
  6. Effectuer les plantations

Comment poser une toile de paillage sur un talus ?

Pour se dispenser de la corvée d’un désherbage manuel ou de l’utilisation de désherbants chimiques, Jean-Michel GROULT nous explique dans cette vidéo, comment fixer une toile de paillage sur un talus. Ce revêtement posé définitivement pourra ensuite être recouvert de gravier coloré ou d’écorces décoratives. Les végétaux d’ornement seront plantés après la mise en place de la toile en pratiquant une incision en croix au niveau du trou de plantation.

Le matériel 

  • Rouleau de toile de paillage
  • Agrafes métalliques pour paillage

Les étapes

  1. Nettoyer la terre
  2. Dérouler la toile sur le sol
  3. Poser les agrafes
  4. Mettre les plants en terre

Inconvénient des voiles en plastique 

Bien qu’elles soient efficaces contre les mauvaises herbes et faciles à installer, de nombreux professionnels du jardinage déconseillent les bâches synthétiques qui ne sont pas biodégradables. Trop imperméables, elles provoquent à long terme, un assèchement et un appauvrissement du sol.
Pour éviter ces désagréments, il est préférable d’opter pour des modèles 100 % naturelles et biodégradables, qui se décomposent en 3 à 6 ans : géotextile, toile tissée, jute, fibre de coco…

Cet article pour apprendre à faire un paillage a été rédigé par
Émilie V.

Vous avez aimé ?