Une question ? Posez-la à la communauté MMC et répondez aux questions des autres membres Poser une question
VLADULOL® : matin, midi et soir tous les jours pendant 3 mois

Comment décoder les phrases des commerçants ?

On entend un peu toujours les mêmes phrases lorsque l'on entre chez un commerçant, qu'il s'agisse d'un magasin de vêtements, d'un guichet ou d'un salon de coiffure. Mais ces quelques mots n'ont pas forcément le sens que vous pensez.

Cela commence dès le "Bonjour" que vous entendez en entrant dans le magasin. La personne qui vous accueille ainsi est-elle réellement en train de vous saluer en espérant que votre journée se déroule aux petits oignons ? Ou bien ce mot masque t-il un profond désintérêt, ou de l'agacement ? Nous avons répertorié quelques formules récurrentes entendues dans les magasins afin de vous révéler leur sens véritable. Et si vous voulez encore plus de clichés, la parfumerie a déjà été évoquée ici.


Le premier mot

  • *soupir* Bonjour... → 'tain, on peut même plus regarder Facebook tranquille.
  • Monsieur, bonjour. → Aucune familiarité n'est tolérée ici.
  • Hmm ? → Je suis d'un naturel revêche.
  • Moui ? → Je suis mal réveillé.
  • Booonjooouuur :-D !!! → Oh mon dieu ! Une cliente !!

Dans un magasin de vêtements

  • Je peux vous aider ? → Eh mais tu déranges toutes les piles, là !
  • Vous trouvez ce que vous voulez ? → T'as pas fini de fouiller dans les tiroirs ?
  • J'ai acheté ce pull aussi, il n'a pas bougé ! → De mon armoire.
  • Cet ensemble vous va vraiment très très bien. → Ça te va pas du tout mais j'ai un chiffre à faire.
  • Ah non, les articles en promotion sont signalés par un point rouge. → Ben voyons, et puis quoi encore ?
  • Vous voulez que j'aille vous chercher la taille au-dessus ? → Je veux pas te vexer mais bon, soyons réalistes.
  • Oui, c'est très ajusté, ça se porte comme ça. → De toute façon j'ai pas plus grand et je dois me débarrasser du stock d'été avant de rentrer l'hiver.
  • Décidez-vous vite parce que c'est le dernier, ils partent comme des petits pains ! → C'est ta dernière chance d'avoir le même top que 425 autres nanas dans ton quartier.
  • On l'a aussi en parme aussi, si vous voulez. → Et ça m'arrangerait que tu le choisisses parce qu'il ne se vend pas du tout et ça va encore me rester sur les bras.
  • Je vous offre la carte fidélité ? Ça prend 2 minutes et vous aurez 5% de réduction sur votre prochain achat ! → Il faut absolument que je récupère ton adresse mail pour pourrir ta boîte avec les promos.

Dans un magasin de chaussures

  • Attendez attendez ! Je vous apporte une chaussette pour essayer. → Berk berk berk !
  • Non, toutes les tailles sont là. → J'aime pas descendre à la réserve, c'est tout noir.
  • Vous verrez, le cuir va s'assouplir. → Prends-les, prends-les, prends-les.....
  • Elles vont se faire à votre pied. → Allez, prends-les !
  • Oui la semelle aussi va se faire à votre pied. Elles sont sublimes sur vous. → Mais prends-les, quoi, merde !
  • C'est un cuir délicat, il faut le nourrir et le protéger avec des produits de qualité. → Que tu vas acheter trois fois plus cher ici qu'en supermarché, c'est le but.
  • Si vous voulez, vous pouvez faire deux chèques. → T'as l'air d'avoir des fins de mois difficiles et je suis prête à tout pour faire du chiffre.

Au bureau de tabac/presse - café du coin

  • Nous ne vendons pas de timbres avec les cartes postales. → Ça me saoule d'aller à la Poste pour te faciliter la vie.
  • Longues, les feuilles à rouler ? → Toi mon coco, t'as pas l'air de fumer que des blondes.
  • Si vous gagnez, vous me donnez 20% hein, hahaha ! → Sérieusement.
  • Ouiii ? Monsieur désiiire ? → La prochaine fois que tu m'appelles “Eh !”, je renverse ton café sur ton beau costume.
  • Absolument, les croque-monsieur sont faits maison. → Par Restomarket.
  • Désolé, on ne fait plus de café après 19h. → Le percolateur est éteint, il met deux plombes à chauffer et après faut que je re-nettoie tout.
  • Les toilettes sont réservées aux clients, Madame. → C'est pas le Secours Populaire, ici.
  • Nous ne servons pas en terrasse. → Ça caille trop et j'ai la crève.

À la poste

  • Suivant ! → Bon, on va pas coucher là.
  • SUIVAANT !!! → Je répète : on va pas coucher là.
  • Oui, c'est pour quoi ? → T'as intérêt à ce que ça soit un truc facile à faire parce qu'il est 10h27 et j'en ai déjà plein les bottes.
  • Non, les colis c'est au guichet 4. → Trop la flemme de me lever pour aller chercher des emballages.
  • Non, les abonnements téléphoniques c'est au guichet 2. → Je sais déjà pas me servir d'un fax, alors un téléphone mobile...
  • Non, les réclamations c'est au guichet 7. → C'est bon, je vais pas en plus me faire engueuler pour les conneries des collègues.
  • Non, les photocopies c'est uniquement le mercredi de 14h à 16h. → Comme ça c'est Martine qui se les tape, pas moi.

Chez le coiffeur

  • On leur fait un soin ? Ils sont vraiment très abîmés... → Zou, je te facture 15€ de plus alors que ça m'en coûte que 2, youpi.
  • Oui oui, je vois tout à fait ce que vous voulez. → J'ai rien compris.
  • Ryan Gosling, oui, je connais, on va voir ce qu'on peut faire. → Je suis coiffeur, pas magicien.
  • Je peux vous offrir un café ? → Ho, vas pas t'endormir dans le fauteuil !
  • Deux centimètres, oui, ne vous inquiétez pas, je ne couperai que le nécessaire. → Et là, 15 cm, c'est nécessaire.
  • Pareil, la pluie ça me rend morose, d'ailleurs ça me rappelle que j'ai encore des problèmes de batterie sur ma voiture, elle est violette, vous aimez le violet ? La semaine dernière on était blablablablabla. → Je m'ennuie pendant que je fais des brushings donc je vais te raconter ma life pour passer le temps.
  • Hm hm.... oui.... hmmm... eh ben dites-donc..... hmm hmm.... → Je t'écoute pas là, je pense à comment je vais m'habiller samedi soir.

Le dernier mot

  • Au revoir, à bientôt ! → C'est pas trop tôt.
  • Au revoir, à bientôt, au plaisir, merci, bonne fin de journée, à bientôt ! → Revenez vite, ne m'oubliez pas, vous êtes ma seule cliente depuis 3 semaines.
  • …..... → J'ai pas que ça à faire, dire au revoir.
  • Au revoir, oui, SUIVANT ! → Des fois que vous n'auriez pas compris que je compte pas coucher là.

Cet article pour apprendre à décoder les phrases des commerçants a été rédigé par
Cécile L.

Vous avez aimé ?