Une question ? Posez-la à la communauté MMC et répondez aux questions des autres membres Poser une question

Comment devenir infirmière ?

Infirmière générale ou spécialisée, exerçant en privé ou en public, à domicile ou dans un établissement de santé. La formation des étudiants en soins infirmiers, à la fois pratique et théorique, offre des débouchés de carrières multiples et valorisants.

Les formations pour devenir infirmière sont délivrées par les IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers), dont l’entrée se fait sur concours. Elles alternent des périodes de cours théoriques et des périodes de stages sur trois années et demi.

Quelles conditions pour intégrer un IFSI sur concours ?

Pour s’inscrire aux concours d’entrée à l’école d’infirmier, un candidat doit avoir au moins 17 ans (au 31 décembre de l'année des examens d’entrée) et remplir l'une des conditions suivantes :

  • Être titulaire d’un baccalauréat. Un candidat peut se présenter au concours sans bac, mais devra fournir son diplôme pour intégrer définitivement l’école s’il est reçu au concours.
  • Être titulaire d’un diplôme équivalent au baccalauréat (titres homologués au niveau IV et titres figurant dans l'arrêté du 25 août 1969).
  • Être titulaire d’un diplôme d’aide-soignant, d’auxiliaire de puériculture. Dans ce cas, les candidats sont dispensés des épreuves d’admissibilité traditionnelles et passent une épreuve qui leur est dédiée. Environ 20 % des effectifs sont pourvus aux AS et AP.
  • Être titulaire du diplôme d’État d’Aide Médico-Psychologique en justifiant d’une expérience professionnelle de 3 ans.
  • Avoir une expérience professionnelle de trois ans dans le secteur médical, sanitaire ou médico-social ou de cinq ans pour les autres secteurs. Dans ce cas les candidats doivent présenter un dossier de présélection devant un jury et passer une épreuve écrite courte, pour accéder au concours classique.
  • Être titulaire d’un diplôme étranger d’infirmier hors espace économique européen.

Pour intégrer une école, un candidat doit également présenter un carnet de vaccination à jour (antitétanique, antidiphtérique, antipoliomyélitique, anti-hépatite B, test tuberculinique) et ne doit pas souffrir d'une affection médicale, physique ou psychologique, incompatible à l’exercice de la profession (psychose, épilepsie…). Un certificat médical est systématiquement demandé.


Comment se déroule le concours d’infirmier ?

Le concours d’entrée aux IFSI a lieu une fois par an. Selon les dates de rentrée des élèves dans les écoles, ils se déroulent au printemps ou à l’automne.
Il est possible de s'inscrire à plusieurs concours au cours d’une même année, sachant que le candidat doit s’acquitter des frais d’inscription pour chaque dossier enregistré.

Chaque année, le site infirmiers.com publie les dates de concours par département.

Le concours classique comprend 2 examens écrits dits “d’admissibilité” qui durent 2 heures chacun.

Le premier comprend une étude de document portant sur un sujet d’actualité sanitaire et social et le deuxième se présente comme un questionnaire de connaissance et de raisonnement (tests psychotechniques, QCM).

Pour être admissible à l’oral, le candidat doit obtenir une note globale d’au moins 10 sur 20 aux deux épreuves d’admissibilité, une note inférieure à 8 sur 20 pour l’un ou l’autre étant éliminatoire.

Après avoir réussi l’examen d’admissibilité écrit, le candidat est convoqué pour un examen oral appelé épreuve d'admission.

Devant un jury composé de professionnels et formateurs, il présente un exposé sur un sujet imposé. Il dispose pour cela d’un temps de préparation d’une dizaine de minutes.
L’entretien se termine généralement par un échange plus ouvert au cours duquel, le jury questionne le candidat sur son parcours et ses motivations.

À l’issu de ces deux épreuves, les candidats qui obtiennent les meilleures notes reçoivent une décision d’admission à l'IFSI. Une liste complémentaire est établie par ordre de résultats. Les candidats y figurant étant susceptibles d’être rappelés pour pallier aux désistements.


Quelle préparation aux concours infirmiers ?

Certains établissements privés et publics proposent aux candidats de niveau bac, des formations spécifiques d’un an au sein de classes préparatoires, afin d’augmenter leurs chances de réussir les épreuves d'entrée des IFSI.
Le site de l’onisep établit un répertoire national des différentes prépas relatives aux métiers paramédicaux.

Il existe également de nombreux manuels d’annales qui constituent des supports incontournables pour se préparer aux épreuves écrites. La plateforme en ligne infirmier.com dispose d’une importante base de données accessible gratuitement.

Ce même site propose également des formations en ligne payantes et des sessions d’e-learning interactives intéressantes.
Des organismes comme CNED, Minerve ou  INEAD, dont les méthodes donnent de bons résultats, délivrent des enseignements à distance complets avec un accompagnement personnalisé pour se préparer à son rythme aux concours.


Quelles perspectives d’emploi ?

À l'issu de leur formation, les infirmiers trouvent relativement facilement un emploi car le marché du travail est dynamique et le taux de chomage reste bas malgré quelques disparités selon les régions.

Les deux tiers des diplômés intègrent des structures publiques, hôpitaux, maisons de retraite, centres médicaux spécialisés, collectivités, écoles... Le recrutement, pour accéder au statut de fonctionnaire titulaire, se fait par concours sur titre intégrant ou non une épreuve écrite et/ou un examen oral devant un jury, chaque établissement ayant sa propre politique d’embauche.

Un professionnel peut également être amené à travailler dans un établissement public sous un contrat de droit privé. Il peut à terme postuler à une vacance de poste pour devenir fonctionnaire dans la fonction publique ou territoriale.

En secteur privé, les infirmiers et infirmières sont recrutés classiquement sur dossier et entretien. Beaucoup d’étudiants se retrouvent embauchés après avoir fait leurs preuves lors d’un stage durant leurs études.

Infirmière en libéral :

Avant de pouvoir s’inscrire à l’Ordre National Infirmier, à l’ARS (Agence Régionale de Santé) et exercer à son compte en libéral, un infirmier doit justifier d’une expérience professionnelle :

  • soit de 24 mois ou 3 200 heures d'exercice en équipe de soins dans des structures hospitalières privées ou publiques : centre hospitalier, clinique, centre de soins, établissement militaire, structure médicalisée pour personnes âgées (EHPAD, SSIAD), institution humanitaire...
  • soit de 24 mois ou 3 200 heures d’activité en tant qu’infirmier libéral remplaçant dans les 6 dernières années.

Pour effectuer le remplacement d’une infirmière libérale conventionnée, il faut :

  • Être titulaire du diplôme d'État enregistré sur la liste professionnelle départementale
  • Obtenir une autorisation de remplacement auprès du préfet du département (demande faite à la DDASS)
  • Justifier d'une activité professionnelle de 18 mois ou 2 400 heures au sein d’une équipe de soins en milieu hospitalier

En parallèle, un dossier de remplacement doit être transmis à la caisse d'assurance maladie.


Quelles évolutions de carrière ?

Son diplôme en poche, une infirmière peut décider de se spécialiser en suivant un an d’étude supplémentaire dans le but d’obtenir un DE (Diplôme d’État) de puériculture et ainsi d'exercer en tant d'infirmière puéricultrice.

Après deux années de travail, une infirmière peut suivre une formation de deux ans pour devenir IADE (Infirmière Anesthésiste Diplômé d'État) ou une formation de dix-huit mois pour devenir IBODE (Infirmière de Bloc Opératoire Diplômée d'État).

Après cinq années d’exercice dans le secteur privé ou public, une infirmière peut choisir de suivre une formation d’un an dans l’une des écoles de cadre de santé (IFCS) réparties sur toute la France.
Après avoir obtenu un poste de cadre, elle peut ensuite tenter de passer des concours internes ou externes pour viser le statut de cadre supérieur de santé puis de directeur de soin.

D’autre part, un infirmier cadre peut s’orienter vers l’enseignement et l’encadrement des élèves au sein d’un IFAS (Instituts et centres de formation pour les aides-soignants) ou d’un IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers). Certains professionnels infirmiers non cadre, justifiant d’une expérience en milieu hospitalier, peuvent aussi “faire fonction de formateur” pendant une durée maximale de deux ans.

À l’inverse, une infirmière qui décide de ne pas achever ses études jusqu’à l’obtention du diplôme peut débuter une carrière d’aide-soignante dès lors qu’elle valide sa 1ère année.

Cet article pour apprendre à devenir infirmière a été rédigé par
Émilie V.

Vous avez aimé ?